LA PUCE À L’OREILLE
Installation sonore avec un comédien
Création tout public 2017

Ce projet, créé pour le Salon du Livre d’Alençon, est né de l’envie d’offrir aux spectateurs/visiteurs la lecture d’oeuvres littéraires via un dispositif sonore novateur :

LE DISPOSITIF

L’acteur lit de courts extraits d’oeuvres. Sa voix est mixée « en live » avec une création sonore associant bruitages et musiques.
Confortablement installés dans leurs fauteuils, la dizaine de spectateurs, équipés de casques audio, écoutent les textes sonorisés.

Deux écrans situés à proximité expliquent le dispositif et annoncent la liste des textes qui seront lus. 

Grâce à des casques audio isolants des bruits extérieurs, ce dispositif permet aux auditeurs de s’immerger pleinement dans les extraits d’oeuvres littéraires tout en restant dans l’espace principal du Salon du Livre.

Les Ouranies
Les Ouranies
Les Ouranies
Les Ouranies

TEXTES ET PUBLICS

Cette expérience sonore est destinée au jeune public et au tout public. Cependant, le comédien choisit in situ les textes et auteurs en fonction de l’âge des auditeurs.

Textes et auteurs ayant déjà fait l’objet d’une création sonore :

« Matilda » de Roald Dahl (Jeune public)
« A un fil » de Marie-Christine Quentin
« Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite
et des biens nantis » de Pierre Desproges
« Le lièvre de Vatanen » d’Arto Paasilinna
« Dix rêves de pierre » de Blandine Le Callet
« Le K. » de Dino Buzzati
« L’Enfant d’Éléphant » de Rudyard Kipling
« Dompter la bicyclette » de Mark Twain

Des créations sonores à partir de nouvelles oeuvres sont en cours. Il est possible de commander la création sonore d’oeuvres spécifiques en amont d’un salon du livre en fonction d’une thématique, ou des auteurs invités.

EXTRAITS SONORES

EQUIPE

Mise en scène et création sonore : Etienne Briand
Jeu d’acteur : Thomas Dardenne
Aide à la conception dispositif sonore : Pierre Blin
Conception visuels et création sculpture de la puce : Didier Birée (Spiromix)

Photos : Gilles Juhel

AVIS DE SPECTATEURS

« J’ai toujours beaucoup aimé la lecture à voix haute. Avec La puce à l’oreille j’ai maintenant découvert tout le plaisir de la lecture intérieure. Si j’étais bien au milieu du monde sous la coupole de la halle au blé, j’étais aussi grâce à mon casque protégée du vacarme du monde. Les yeux fermés, j’ai pu tout particulièrement savourer le texte. Je me suis abandonnée à l’écoute de cette voix qui m’apportait toute une palette d’émotion.

« Quand partons-nous pour le bonheur » disait le poète. Moi j’étais déjà en route. »

Monique – présidente du Salon du Livre d’Alençon


« Compte tenu de l’affluence enregistrée dans cet espace lors des deux journées consacrées au Salon du livre 2017, à l’évidence ce fut un succès.

Pour ma part, je m’y suis rendu à deux reprises et j’ai dégusté des lectures différentes avec grand plaisir.

A mon avis, une lecture provoque toujours l’imaginaire, une sorte de rêverie qui nous transporte dans l’univers décrit où l’on se sent acteur ou spectateur.

Selon les récits, j’ai quitté le siège avec un sentiment de satisfaction certes, mais aussi avec une espèce de révolte part rapport à certaines scènes décrites ou l’injustice était criante.

Finalement, bien calé dans son fauteuil, cela revêt un moment appréciable quand le tumulte de la salle a fait place à des mots bien exprimés dans des histoires courtes et captivantes. »

Marc


« Première expérience de ce genre pour moi : un vrai moment de plaisir !

Bien installée dans un fauteuil douillet, entourée d’autres personnes mais seule, je n’ai plus qu’à écouter la voix qui me lit un beau texte.

Au bout d’un instant, je ferme les yeux, j’entre pleinement dans l’histoire qui m’est racontée, dans le texte et je me laisse emporter par cette belle voix bien modulée, expressive, captivante.

Bravo. Merci. »

Nicole

Article Ouest France Rennes à l'occasion du festival "Rue des livres"